Quelle nuit, chère famille, proches, amies et amis,
Une nuit mémorable, à partir de laquelle je ne pourrai plus dire que je n'ai jamais eu de coup de blues... Une première, donc.


Dans mon lit, entre nutrition prolongée et douleurs, je me suis senti bien faible, dans mon armure taillée pour un homme de 1,8 m et 80 kilos... Morne nuit pour un combattant découvrant pour la première fois de sa vie à quoi ressemble l'abattement.
Dans ma chambre, tout résonnait tellement fort, du tic tac de l'horloge au bruits de couloir et de nulle part. Une minute d'abattement, entre douleurs physiques et sentiment subi d'impuissance, alors que la nutrition par sonde s'éternisait, interrompue à cause de mes douleurs... Une nuit sans fin, au milieu des crabes que je décimais dans mon rêve, entre deux sommeils, une nuit de cauchemar pour un combattant éternel, démuni, épée à la main, sans plus même la force de l'agiter... Avec en plus la crainte que les crabes repèrent cette faille de quelques instants, tentant par tous les moyens et ressources encore en mon pouvoir de masquer cet aspect inconnu tant d'eux que de moi.
Tout ce que j'attends désormais, c'est l'opération prévue la semaine prochaine et qui, je l'espère, me libérera de ces douleurs... Car, comme cela, impossible de faire quoique ce soit, ni manger, ni quoi que ce soit d'autre... Vivement cette opération qui a été retardée en cette période de Fêtes où les effectifs des soignants ne sont pas complets...
Mais bon, ne vous alarmez pas, je vous en prie! Face à ma décision de participer à l'étude d'immunothérapie, à jouer en quelque sorte le rôle de cobaye pour l'évolution du combat contre le crabe, je suis vite sorti de ce court instant de repli. Car, en acceptant de me voir injecter le Nivolumab toutes les trois semaines, je savais à quoi m'attendre... Alors, je ne me plains surtout pas, mais pense au plaisir que j'ai de vivre une étape peut-être décisive. Si cette opération réussit ce sera une immense avancée dans la découverte du contre douleur qui permettra aux prochains patients de ne plus endurer ce que j'ai eu à subir.
Mais je ressens tout de même une frustration, celle de ne pas pouvoir vous recevoir, alors que vous êtes des dizaines à me proposer de me rendre visite au Chuv... Moi qui vous aime, moi qui apprécie vous parler, vous rencontrer, je vis mal cela... Mais je sais au fond pouvoir compter sur votre compréhension. Je sais que vous captez tout l'enjeu de ce que je traverse, de cette période de combat entre le crabe et moi, de ce que cela représente en termes d'énergie et de fatigue. Je sais que vous ressentez aussi mon besoin de me reposer, un peu, pendant cette période décisive. Et que vous savez que vos messages et ondes positives m'aident, chaque jour, dans ma bataille. Ne me souhaitez s'il vous plaît pas d'avoir du courage, car il est bien présent en moi. Mais plutôt bonne chance pour l'intervention qui m'attend. Il s'agira pour les spécialistes de désactiver les nerfs enflammés au moyen de techniques s'apparentant à l'acupuncture et reconnues comme efficaces dans des cas de douleurs proches des miennes, notamment lors de cancer du pancréas.
Je prends un plaisir énorme à continuer de vous faire part de mon vécu, en toute transparence et authenticité. Alors, à bientôt !
Banzaïïïïï !


Retour